La XXIVème édition, sur le thème "Paradis Toxique"

Thème

Un sentiment d’étouffement, une sensation de stagnation, un air de dépendance, l’environnement dans lequel grandit l’homme est loin d’être rose. La société évolue dans un monde terne où seules les parures brillent à nos yeux telles un rayon de soleil dans une jungle profonde. Nos semblables et nous-mêmes, y progressons sans vraiment savoir ce qu’il y a au bout du tunnel.

Habitué à une telle atmosphère, l’esprit léger, on se prend à rêver d’un idéal où le divertissement et la joie deviennent une parade à la peur et poussent au dépassement de soi. Un vent de fraîcheur souffle sur ces terres amenant éclat et sublimation. Cette ambiance folle permet à notre corps de se libérer et d’adopter des vêtements fluides aux allures athlétiques qui le subliment.

Nous sommes finalement transportés dans un paradis où l’éclat flamboyant de notre liberté côtoie les teintes vénéneuses du danger. Des tenues d’un business chic mixé à des coupes rappelant l’esprit athlétique viennent égayer notre ère.

Jury

Andrée Deissenberg, Directrice Générale Création et Développement du Crazy Horse, nous a fait l’honneur de tenir la présidence du jury de la XXIVème édition du Concours Jeunes Créateurs, aux côtés de: 

  • Christophe Guillarmé, invité d’honneur
  • Delphine Manivet, créatrice de la marque éponyme de robes de mariées
  • Aurore Donguy, styliste
  • Nicolas Aksil, attaché de presse chez Comme des Garçons
  • Nathalie Lalande,représentante de l’Institut Français de la Mode (IFM)
  • Marion Gautier,adjointe à la culture de la mairie de Lille
  • Fleur Ribero, Trade Marketing Assistant chez ASOS
  • Elisabeth Cunin,présidente du directoire Camaïeu
  • Nicolas Nesson, responsable recrutement, accompagnement et web de chez Maisons de Mode sera également présent au sein du jury.
Lauréats
  • Lauréate du Prix Accessoire

Cette année, c’est Joséphine Thiolière qui remporte le Prix Accessoires. Elle reçoit ainsi de nombreux lots dont une place pour le défilé Xuan Paris, un Pass Gold au salon Première Vision Paris, une formation chez Maisons de Mode et la possibilité d’exposer ses tenues lors du Marché des Modes à Roubaix.

Pour Joséphine, c’est à l’ère industrielle que nous avons vendu notre paradis, alléchés par le parfum toxique des fleurs du mal. Le progrès donne lieu depuis des années à la recherche perpétuelle du mieux vivre, de la technologie et de la surconsommation. Aux yeux de l’homme, le modernisme semble être la clef pour atteindre la liberté. Nous jouissons de plus de temps, de plus d’argent, de plus de profit, de plus de croissance, de plus de loisirs, de plus d’amis, de plus de voitures, de plus… Mais même avec tout cela, nous semblons nous perdre en chemin. Nous courons après une ascension qui nous mènera forcément vers une descente irréfutable.

  • Lauréate du Prix du Créateur Indépendant 

Amélie Passerat-Ragot remporte avec succès le Prix créateur indépendant de la XXIVe édition du Concours Jeunes Créateurs. Le jury a apprécié son interprétation du thème notamment au travers des jeux de matières (plissés, volume, reflets…) réalisés par la candidate. Amélie remporte ainsi 3 heures de cours dessin dans les studios MVL, un shooting photo par le photographe lillois Éric Maes, un book de tendances de chez PeclersParis et un coaching skype offert par l’agence Jomsy Fashion.

Lors de l’analyse des croquis e la candidate, nous pouvions déjà ressentir son intention de dénoncer la pollution contemporaine. C’est suite à la lecture du livre de Béa Johnson sur le zéro-déchet que la créatrice s’est rendue compte de l’importance de lutter contre cette multiplication des déchets. Le sentiment d’étouffement produit par ce phénomène est retranscrit par la candidate dans le choix de ses tenues : une combinaison à capuche avec un décolleté plongeant pour la tenue prêt-à-porter Femme, et un col montant chargé de matière pour la veste de la tenue Haute Couture. Les plissés en soie de la combinaison prêt-à-porter Femme s’apparentent aux fuites de pétrole. Enfin, Amélie a symbolisé l’accumulation de détritus par de multiples boules colorées sur la veste prt-à-porter homme

  • Lauréate du Prix Etudiant 

À travers ses 3 créations, Valentine Epaminondi nous a brillamment plongé dans le thème de cette année et a su séduire le jury. Elle mérite donc amplement le prix étudiant et les nombreux lots associés à cette catégorie : un pass VIP par Messe Frankfurt France aux salons Texworld, Avantex et Apparelsourcing Paris, un chèque de 500 euros, un stage à la Summer School de l’IFM et enfin une consultation d’une heure par l’agence Jomsy Fashion.

Pour Valentine, « Paradis toxique » se rapporte à la lune, astre satellite de la Terre sublime qui brille chaque et nuit et qui a tendance à laisser rêveur. La Lune rappelle les années 1960, le style futuriste, la folie de ces années et le rêve que tout est possible. Lorsque ce rêve se mêle à la lucidité actuelle on obtient des tenues qui oscillent entre aventurier du cosmos et explorateur des profondeurs de la Terre. Les photographies représentent des paysages paradisiaques ne reflétant aucun aspect naturel, laissant penser qu’une forte pollution aurait dégradé ces terres qui semblent à la fois aquatiques et extra-terrestres. Des paysages aussi magiques et magnifiques qu’inhabitables, qui créent un sentiment ambigu entre l’attraction et l’inquiétude suscitées par l’inconnu. Et c’est bien cette interprétation que l’on retrouve retranscrite dans les tenues présentées par la candidate.